Est-ce que choisir d’étudier dans le numérique est un bon choix en 2021 ? La réponse est OUI ! Le digital invente de nouveaux métiers et les compétences numériques sont recherchées sur le marché de l’emploi. Reste une question : quelle formation choisir ? 

Le numérique est partout, transversal à tous les secteurs d’activités.  Encore plus omniprésent dans le monde post-Covid, à en croire un rapport récent de l’OCDE(1) selon lequel la pandémie a accéléré la transformation digitale.

Marché du numérique et emploi, où en est-on ?

Derrière le terme “numérique”, la réalité des métiers est un très vaste univers, sous cette bannière des secteurs d’emploi très différents sont rassemblés :

  • programmation, développement web
  • marketing digital
  • gestion de projet web
  • management de données, data science
  • cyber-sécurité
  • stratégie numérique
  • e-commerce
  • social media
  • système d’informations…

Quelques chiffres… En France, et dans cette définition large, les métiers du numérique représentaient 3% des personnes en emploi en 2017(2), soit environ 800 000 personnes. Une enquête(3) Pôle Emploi (janvier 2021) révèle que 6 établissements sur 10 cherchent à développer des compétences numériques nouvelles : sécurité informatique, maintenance informatique, analyses de données, besoins spécifiques en marketing digital… 

Le numérique reste l’un des secteurs les plus porteurs aujourd’hui et demain, un secteur qui invente de nouveaux métiers chaque année, et dans lequel les compétences à acquérir courent après l’arrivée de nouvelles technologies sur les marchés. 

Quelles études suivre pour travailler dans le digital ?

La bonne nouvelle, c’est que les formations aux métiers du numérique se sont, elles aussi, multipliées, pour accompagner les gigantesques besoins en compétences du marché. Certaines sont transversales, d’autres au contraire très ciblées. Jeune étudiant, il va falloir affiner ton choix !

Je souhaite travailler dans le numérique mais je ne sais pas encore quel métier m’intéresse

C’est le cas pour beaucoup ! Dans le numérique, les parcours sont très diversifiés, les profils variés. Idéalement, on peut tenter de cerner quel grand domaine d’application du numérique nous correspond le mieux :

  • plutôt technique, vers la programmation, le développement, l’intelligence artificielle ou la cybersécurité ?
  • plutôt management, pour piloter la transformation numérique en entreprise ?
  • plutôt créatif, vers les postes du design, de la communication ?
  • plutôt commercial, vers les postes du marketing digital ? 

Selon le domaine d’application, licences et masters spécialisés sont nombreux, et souvent, le projet professionnel s’affine au fil du parcours. 

Comment savoir si la formation qui me tente va bien me former ?

Une formation aux métiers du numérique doit apporter à ses étudiants :

  • des bases techniques solides dans la spécialité choisie, grâce à des parcours qui laissent la place à la pratique, aux projets, aux stages et à l’alternance 
  • une connaissance globale de l’écosystème numérique. C’est utile de comprendre comment son travail s’imbrique avec celui des autres !
  • des softs skills indispensables à ces métiers : agilité d’esprit, adaptabilité, veille permanente, méthodes, capacité à travailler en équipe dans un environnement en mouvement constant… 

Il faut donc non seulement bien étudier les programmes des formations en détail, mais aussi vérifier si elles permettent d’acquérir de l’expérience concrète, de multiplier les projets, et commencer à constituer son réseau professionnel… 

Quelles sont les formations existantes à la FGES ?

La FGES propose plusieurs parcours, en licence et en master.

La Licence “Sciences du Numérique” apporte tous les fondamentaux de la programmation, de la gestion de base de données et de l’analyse, et ouvre des perspectives sur le domaine du gaming, de l’architecture réseaux, de la cryptologie, du web design… Avec la possibilité en troisième année de licence de se spécialiser plutôt vers la data, plutôt vers l’intelligence artificielle et l’internet des objets (IoT), ou vers le gaming.

La Licence “Management & Numérique” apporte une double compétence en gestion et en numérique. Elle forme les futurs managers de la transformation numérique dans les entreprises, de futurs chefs de projet web et s’adresse à tous ceux qui veulent avancer dans le monde de l’entreprise, conscient des enjeux et changement portés par l’économie numérique.

Et aussi la Licence “Gestion”, une formation généraliste qui permet d’aborder les grands domaines et métiers de l’entreprise : RH, Logistique, Marketing… et permet d’accéder à des poursuites d’études en lien avec le digital en Master.

A partir du niveau master, les formations se spécialisent. Pour devenir expert dans son domaine de compétences.

Le Master “Data et Intelligence Artificielle” s’adresse à ceux qui ne savent pas forcément programmer ! Il forme en alternance sur deux ans aux métiers de Data analyst, Chief data officer, Business intelligence manager…  Les étudiants deviennent expert de la gestion des données. A noter que la data et son analyse sont un des axes de croissance fort du numérique aujourd’hui.

Le Master “Informatique cyber” donne une double compétence en sécurité informatique et en développement de logiciel. Il ouvre l’accès à des métiers comme Ingénieur applicatifs, Développeur sécurité, Consultant, software architect, Analyste de la menace, Intégrateur sécurité, etc. Là encore, ce master s’inscrit dans des besoins en émergence sur le marché de l’emploi et forme à des métiers en devenir.

Le Master “Digital commerce”, apporte aussi une double compétence, en marketing digital et en technologies numériques. Il est un tremplin vers des métiers de Chef de projet en marketing digital, de Consultant SEO/SEA, de CRM manager, de Chefs de produit web (product owner), de Responsable social média ou de Traffic manager.

A noter, et ce n’est pas négligeable, que les salaires dans le numérique sont attractifs, que les postes sont pérennes, même en début de carrière, et que les taux d’insertion sont élevés. 

Sources : (1) OECD / (2) DARES / (3) Pôle Emploi